Les premières remontées des chiffres de redevance de début mai faisaient état d’un bilan proche de 10,5 M€ pour les domaines nordiques français du réseau Nordic France. Un mois plus tard, le bilan définitif est légèrement supérieur avec 10,7 M€ de redevance collectés, soit une baisse de 11 % par rapport à 2022-2023 et de 30 % par rapport à 2021-2022.

Il s’agit du 6e bilan historique, mais la chute est rude pour une grande majorité des massifs, hormis Savoie Nordic en progression de 20 % avec 3,1M€ et les Stations de la Drôme qui atteignent 302 k€ soit une hausse de 32%. A quelques euros près, Nordic Isère maintient son chiffre de l’an dernier (1,3M), tandis que les sites de l’Ariège (-2%) et de Haute-Savoie (-6%) ont contenu la baisse. Les sites des Alpes du Sud ont enregistrés près de 1,1M€ (-15%). Pour le reste, les conséquences du déficit d’enneigement sont désastreuses : -35 % pour le massif du Jura, -55% pour le massif central, -52 % pour les Pyrénées Catalanes, -58 % pour les Hautes-Vosges, -36 % pour l’Alsace et -100% pour le Ballon d’Alsace resté fermé tout l’hiver.

Comme l’hiver dernier, trois sites savoyards trustent les places du podium en termes de chiffre d’affaires avec Savoie Grand Revard (1,5M€) en tête, devant les Saisies (691k€) et Bessans (615k€). Ensuite, on retrouve des sites sur tous les massifs, comme Autrans en Isère (+ de 400k€), Monts-Jura La Vattay dans l’Ain (394k€), Beille en Ariège (354k€), Les Glières en Haute-Savoie (334k€), Les Rousses dans le Jura (308k€) ou encore La Clusaz-Les Confins en Haute-Savoie (298k€).

Au niveau des journées nordiques, le total s’élève à un petit peu plus de deux millions, soit un bilan supérieur à l’avant covid.